Fille au pair : trouver une famille et prendre les bonnes décisions

Bonjour tout le monde ! ~ Je vous prépare toute une série d’articles concernant mes aventures au Vietnam. Cependant avant de me lancer là-dedans je souhaitais revenir sur un petit week-end passé en Angleterre le mois dernier, en Novembre 2016. Vous rappelez-vous ? Bien loin d’être un week-end détente et repos, j’ai vécu 4 jours au sein d’une famille Anglaise afin de découvrir le « job » d’au pair. Et je n’ai pas forcément apprécié mon expérience…

être fille au pair

Ce n’est plus un secret maintenant que je fais une année de césure et si vous l’avez loupé, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur le Premier Episode de mon Volontariat au Vietnam.

Vous l’aurez donc bien compris : je cherche à découvrir de nouvelles expériences et faire le plein de rencontres. Devenir fille au pair est un projet auquel j’attache de l’importance. Pour tout étudiant angliciste je pense qu’il y a toujours un certain attrait envers le ou les pays que l’on étudie. Pour ma part je me suis toujours sentie attirée par l’Angleterre et l’Amérique du nord. Les livres, les films, les séries TV… Tout cela m’a toujours fait rêver et les rares escapades en Angleterre que je me suis accordée n’ont fait que confirmer mes impressions. C’est pourquoi profiter de cette année de césure pour devenir fille au pair est un peu comme une évidence.

fille au pair

Pour devenir fille au pair les démarches ne sont pas très compliquées. Il faut tout simplement trouver sa famille, soit par ses propres moyens soit via le biais d’agences de placement. La deuxième option ne m’intéresse pas trop du coup, à quelques semaines de partir au Vietnam, j’avais décidé d’entamer mes recherches.

Les groupes Facebook

Divers groupes Facebook existent et mettent en relation filles au pair / famille. Généralement sur ces groupes il faut être disponible immédiatement, ce qui n’est pas le cas pour moi. J’ai rapidement laissé tomber. Comme vous ne les connaissez peut-être pas je vous laisse ici quelques liens vers ces groupes si jamais la démarche vous intéresse :

Au Pair in Scotland

French au pairs in London

Au Pair Canterbury – Kent

Au Pair World

Je me suis donc tournée vers un site internet que je connaissais depuis longtemps : Au Pair World. C’est un peu LA référence pour trouver sa famille d’accueil. J’ai fait mes recherches et comme je le pensais, peu de familles me correspondaient. En effet toutes cherchaient une au pair assez rapidement. J’ai néanmoins été en contact avec une famille qui recherchait quelqu’un pile dans mes dates de disponibilité. Hourra !

Oundle Town England

Les mails échangés, la première rencontre sur Skype

La famille m’a tout de suite parue sérieuse. Contrairement à 90% des familles sur AuPairWorld elle s’est vraiment intéressée à moi, me posant des questions sur mes projets, mes ambitions pour devenir au pair, et répondant également aux miennes. Après quelques mails nous avons fait notre première rencontre sur Skype : la famille a l’air charmante, exactement comme je l’imaginais. Elle propose même que l’on se rencontre et ils m’offrent les billets ! C’est tout simplement génial.

Pour toutes ces choses-là je me suis directement emballée. J’étais contente car je me disais que le projet de ma deuxième année de césure était tout trouvé, parce qu’ils avaient l’air sympa, parce qu’ils ont payé mon billet… Bref, dans ma tête, j’allais leur dire OUI de suite.

Leaves blue sky

La désillusion : il me faudra dire NON

Départ donc un jeudi matin à 11h depuis Paris Gare du Nord pour rejoindre la petite ville de Oundle, située à 1h30 de Londres.

Le jeudi et le vendredi se passent « à merveille », même si je sens qu’une petite zone d’ombre règne dans l’ambiance de la famille. Le samedi finalement la famille et moi-même abordons les points « pratiques » d’une fille au pair, chose que je trouve très importante : même si ce n’est pas un contrat officiel, écrivez sur une feuille toutes les tâches que vous aurez à faire. Combien d’au pair sont exploitées et se retrouvent en plus d’être nanny : femmes de ménage, cuisinières, jardinières etc etc. Il ne faut pas non plus abuser ! Et c’est un peu ce qui s’est passé ici.

Oundle Town England

Les raisons de mon refus

Lorsqu’ils m’ont présentée la feuille j’étais toujours dans mon état d’esprit d’avant de partir. Seulement cela a commencé à me faire tilt. 50 heures de travail + 1 ou 2 soirées de baby baby-sitting ? Soit presque 55 ou 60 heures selon les semaines ? Payé 60£ la semaine ? Ouch. Ça pique quand même ! Sachant que l’enfant dont il faut s’occuper n’a que 7 mois et qu’ils étaient très exigeants là-dessus : ils voulaient une attention constante (of course) et quelqu’un qui puisse jouer avec l’enfant tout le temps. De plus, il était prévu que l’au pair n’ait pas totalement ses week-ends, car les parents travaillent certains samedi et dimanche.

Je pense que c’est à partir du moment où l’on commence à avoir des doutes qu’il faut vraiment réfléchir à la situation. Dans un sens je ne fais clairement pas fille au pair pour gagner de l’argent. Si c’était le cas j’en profiterais pour trouver un job à temps plein. Mais en même temps un job à plus de 55h de travail c’est énorme, ça demande de l’énergie, et lors de conversations avec les parents j’ai clairement senti qu’ils souhaitaient une au pair car cela leur revenait bien moins cher qu’une nanny anglaise. A partir de ce moment-là je me suis sentie un peu exploitée. (Ça me fait d’ailleurs penser au Woofing, je vous écrirais sûrement un article là-dessus…!) J’ai donc décidé de leur dire non.

Oundle England

Ecouter son instinct

Je sais que pour certaines personnes cela paraîtra peu de dire non pour ce que je viens d’énoncer. Mais pour moi ça l’est. Être fille au pair cela a certaines valeurs, autant pour la jeune fille que pour la famille qui l’accueille. Je n’ai pas ressenti ces valeurs et j’ai choisi d’écouter mon instinct.

Je vois énormément de jeunes filles désillusionnées sur FB qui écrivent qu’elles vivent un enfer dans leur famille, que les enfants sont insupportables, que les parents s’en fichent, qu’elles travaillent énormément et sont carrément exploitées… Hého, réveillez-vous ! Des familles qui recherchent de jeunes au pair il y en a beaucoup. Et beaucoup ne sont pas des familles honnêtes, alors ne vous laissez pas marcher sur les pieds, ne dites pas « oui » à tout et n’importe quoi.

Il est important de parler et d’avoir une bonne communication avec la famille dans laquelle on souhaite s’installer. Je n’ai pas rencontré ce problème car j’ai pu en parler ouvertement avec la famille chez qui je souhaitais vivre. Du coup, tout le monde a compris et les choses se sont réglées sans accroc.

sheep england

Conclusion

Pour conclure cet article voici les différents conseils que je pourrais donner à une personne qui souhaiterait devenir au pair :

  • S’assurer au maximum qu’il s’agisse d’une famille sérieuse. Si vous êtes en France au moment de la recherche, échangez beaucoup de mails, faites un ou plusieurs Skype, réfléchissez à plusieurs questions pour la famille… C’est important !
  • Pensez à communiquer. Dit comme ça cela peut paraître étrange mais je vous assure que beaucoup de personnes ont du mal à communiquer avec la famille qui les accueille. Si vous avez le moindre soucis (attitude des enfants, etc) n’hésitez pas à en parler aux parents, ne vous laissez pas noyer par les soucis ou votre séjour va devenir un enfer !
  • Mettez par écrit les tâches de l’au pair pour qu’il n’y ait pas de surprises.
  • N’hésitez pas à dire non lorsque les choses ne vous conviennent pas. Des efforts doivent bien sûr être faits dans les deux sens mais il ne faut surtout pas vous laisser exploiter !
  • Pour finir n’oubliez pas que vous n’êtes qu’à 2 heures de train de la France. Si les choses venaient à mal se passer et que vous deviez quitter votre famille précipitamment ce n’est pas grave : 2 heures de train et vous serez de retour en France. Alors don’t panic !

 

Et voilà pour ce petit article retour concernant mes recherches pour être fille au pair. 🙂 J’espère que ces conseils seront utiles à ceux et celles qui comme moi recherchent une famille. J’en ai profité également pour vous glisser quelques photos de la ville dans laquelle vit cette famille ! La ville était vraiment chouette. N’hésitez pas à partager votre expérience ou vos avis concernant le fait d’être fille au pair. A très bientôt !

signature-blog

 

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    DeuxAimes

    Hello ! J’ai trouvé ton article hyper intéressant ! On entend beaucoup de choses à ce sujet, sans jamais rentrer dans les détails. J’ai été très intéressé par ton témoignage. Bien souvent, on parle de fille au pair exploitée mais c’est aussi un bon compromis pour s’intégrer dans un cursus linguistique. Bien évidemment, ce n’est pas une raison pour accepter tout et n’importe quoi. Je trouve tes conseils bien avisé et je respecte beaucoup ton expérience !
    Merci pour ce partage ! Tu as bien fait de suivre ton instinct !
    Bise, à Bientôt
    Marine (DeuxAimes)

    • 2
      HelloLumiya

      Hello Marine,

      Merci pour ton retour ! J’avais très envie de faire part de ma petite expérience car étant sur ces fameux groupes FB de fille au pair, je suis quand même sidérée de voir que certaines jeunes filles se laissent totalement déborder (manque de communication, famille pas honnête, enfants difficiles). J’espère que cela pourra en aider certaines,

      Bisous,
      Lumiya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *